La carotte : une racine protectrice…

La carotte est une racine connue depuis des millénaires comme le laissent suppo-ser des traces de graines retrouvées sur des sites préhistoriques. Jusqu’au XVIème siècle, la carotte n’est pas considérée comme un légume noble car les premières plantes cultivées ont un cœur fibreux, une peau coriace et un goût plutôt amer. On l’utilise alors surtout comme plante médicinale (les Grecs et les Romains lui trouvaient déjà des ver-tus concernant l’acuité visuelle) ou comme épice.Peu à peu, la facilité de culture de la carotte va permettre de développer des variétés plus agréables au goût.

La carotte orange que nous consommons principalement aujourd’hui, est le résultat d’un croisement de carottes à chair rouge et à chair blanche, mis au point par des Hollandais désireux de montrer leur fidélité à la Maison d’Orange, principauté protestante de France. Cette racine d’un bel orange lumineux, supplantera toutes les autres même si on trouve aujourd’hui quelques variétés anciennes rouges, jaunes, blanches, violettes, aux saveurs différentes.

L’alliée jeunesse de nos cellules Discrètement, chaque fois qu’elle passe par notre assiette, cette racine nous rend bien des services.Si pour mieux nous la faire avaler, nos grands-parents nous expliquaient qu’elle faisait les cuisses rose et qu’elle rendait aimable, elle a d’autres vertus plus sérieuses !Sa richesse réside dans les caroténoïdes qu’elle contient. Ce sont des composés aux propriétés antioxydantes donc capable de neutraliser les radicaux libres et de lutter contre les maladies liées au vieillissement et les maladies cardiovasculaires. Les prin-cipaux caroténoïdes retrouvés dans la carotte sont le bêta-carotène, la lutéine et la zéaxanthine.

Plusieurs caroténoïdes sont des précurseurs de la vitamine A (provitamine A), c’est-à-dire que le corps les transforme en vitamine A selon ses besoins. La vitamine A est importante pour la peau et les muqueuses et elle joue aussi un rôle essentiel dans la vision crépusculaire puisqu’elle participe à la synthétisation d’un pigment photosen-sible dans les cellules en « bâtonnets » de la rétine.

Plusieurs études ont également montré que le bêta-carotène diminue les effets agres-sifs du soleil sur la peau en bloquant partiellement les radicaux libres issus des rayons ultra-violets. Consommer en été des fruits et légumes riches en caroténoïdes (carottes, épinards, tomates, mangues, poivrons, agrumes, etc.), voire prendre des compléments de bêta-carotène, permet de retarder l’apparition du coup de soleil et son intensité est plus faible. Lors d’une exposition au soleil, les caroténoïdes sont utilisés et leur concen-tration dans l’épiderme chute de 50%, ce qui peut ralentir fortement la production de mélanine, et donc le bronzage.

Pour éviter ça, et bronzer plus facilement, il est important de consommer une grande quantité de fruits et légumes colorés (ou un complément alimentaire riche en caroténoïdes) pendant les 2 semaines qui précédent l’exposition au soleil, pour faire le plein de cet antioxydant, et pendant l’exposition, pour maintenir le taux au plus haut. Attention, cela ne dispense pas des écrans solaires mais peut favorablement compléter la protection.

Lire plus

  • Gratin de tofu et petits légumes

  • Le citron et ses pouvoirs magiques !

  • Avec les plantes,multipliez vos chances de mincir !

  • Qu’est-ce que l’argile ? Quelles sont ses bienfaits ?

  • Les maux de tête : comment les soulager !

  • Il faut marcher 8 kilomètres pour éliminer un simple soda