L’ail : le remède miracle pour les maux et les douleurs

Plante herbacée de 20 à 50 cm de haut, vivace par son bulbe. Ses feuilles creuses sont linéaires, engainantes. La plante se termine par une inflorescence en ombelle, constituée de petites fleurs blanches ou rougeâtres. Les fleurs, peu nombreuses, sont souvent associées à des bul-billes. Le bulbe est constitué de 10 à 16 caïeux (les gousses d’ail), blanchâtres ou rougeâtres.

PARTIES UTILISÉES

Le bulbe frais, récolté au cours de l’été ou à l’automne, selon la saison de culture.

COMPOSANTS

L’odeur caractéristique de l’ail est due au disulfure de dial-lyle, produit de dégradation de l’alliine, riche en soufre, principal composé de l’ail frais, et qui se transforme en de nombreux sous-produits très actifs. On y trouve égale-ment des substances glucidiques, des vitamines (A, BI, B2, C, PP), des prostaglandines et plusieurs substances douées d’activités hormonales ou antibiotiques. L’ail ren-ferme aussi des sels minéraux de manganèse, cuivre, zinc, aluminium et sélénium.

PROPRIÉTÉS DÉMONTRÉES

De nombreux travaux ont démontré ses propriétés phar-macologiques : activité antiagrégante plaquettaire expli-quant son usage dans la prévention des thromboses, pro-priétés bactéricides et antifongiques mises en évidence sur diverses espèces de bactéries et champignons pathogènes. Ses effets hypoglycémiants, diurétiques, vermifuges, hypotensifs, fibrinolytiques, hypocholestérolémiants et antiathérogènes ont fait l’objet de nombreuses recherches.

INDICATIONS USUELLES RECONNUES

L’ail est surtout indiqué dans les troubles de la circulation (hypertension artérielle, athérosclérose, hémorroïdes, troubles congestifs de la ménopause, jambes lourdes, fragi-lité capillaire). Ses propriétés antiseptiques (pulmonaires, intestinales) et diurétiques sont quelquefois utilisées.

PRÉCAUTIONS D ‘EMPLOI

Aucune aux doses préconisées. À trop fortes doses, peut provoquer une irritation des muqueuses digestives et urinaires.

EMPLOIS

• Poudre : 6 g par jour, contre les troubles circulawires.

• Sirop: 100 gd’ailfrais pour 200 g d’eau et 200 g de sucre. 2 à 3 cuille-rées à soupe par jour, contre l’hyper-tension.

• Lavement :préparé avec un bulbe el un jaune d’œuf, conn·e les oxyures.

• L e suc d’ail est a ussi employé en usage exteme comm e antiseptique.

Les Égyptiens prenaient de l’ail pour avoir de la force, notam-ment lors de la construction des pyramides. Cultivé depuis l’An-tiquité comme plante condimentaire, il était surtout réputé comme puissant fortifiant et comme préventif contre la peste. Les Grecs mentionnaient ses vertus toniques, diurétiques, anti-septiques, antiasthmatiques, apéritives, laxatives, emména-gogues ei veFTTlifuges. Les médecins arabe-persans le consi-déraient comme un antidote contre le vitiligo, la rage, les mor-sures de serpent et les piqûres de scorpion. Ce sont eux qui ont transmis ses usages thérapeutiques en Europe.

Lire plus

  • L’ail : le remède miracle pour les maux et les douleurs

  • Avec les plantes,multipliez vos chances de mincir !

  • Gratin de tofu et petits légumes

  • Qu’est-ce que l’argile ? Quelles sont ses bienfaits ?

  • Garder un air sain, fenêtres fermées, grâce aux plantes dépolluantes

  • Le citron et ses pouvoirs magiques !